Rapport annuel 2018

IP-2-2019-Sibylle-Peter<div class='url' style='display:none;'>/</div><div class='dom' style='display:none;'>pfarrverein.ch/</div><div class='aid' style='display:none;'>77</div><div class='bid' style='display:none;'>3511</div><div class='usr' style='display:none;'>380</div>

Ce rapport annuel a été rédigé en partie en français et en partie en allemand par les différents membres du comité puis traduit dans l’autre langue. Sibylle Peter a ensuite coordonné lesdites contributions.
Sibylle Peter
Pour le Comité, l’année 2018 a été marquée par l’organisation de deux événements importants:
- le congrès à Zurich autour des questions du pouvoir au sein de l’Eglise;
- la rencontre à Bâle avec la Société Pastorale de Baden, Sud de l’Allemagne.

Echos et réflexions sur le congrès de Zurich
Le congrès «Macht in der Kirchgemeinde» sur les conflits de pouvoir au sein de l’Eglise, qui s’est tenu à Zurich, a rassemblé une centaine d’auditeurs de professions diverses. La SPS avait constitué un groupe de travail. La discussion au-delà de l’esprit de clocher a montré qu’il reste encore beaucoup à faire. Les structures peuvent représenter un obstacle au travail d’équipe, les faiblesses de caractère ralentissent la coopération, les contenus non-clarifiés entraînent des mécontentements constants: ni les rôles, ni les tâches ne sont bien définis ou respectés, etc. La liste des points à améliorer est longue.
L’émergence des nouvelles structures au sein de l’Eglise modifie la position des ministères consacrés et affaiblit la théologie dans la conduite de la paroisse. Le congrès a certes permis d’aborder ces questions, mais si nous ne poursuivons pas sur cette lancée, nous continuerons à faire face à des équipes d’Eglise divisées et à des collègues ébranlés.
A Zurich, la nouvelle profession ecclésiastique du «Kirchgemeindeschreiber» – une sorte de secrétaire paroissial – et son prédécesseur la «Verwaltungsleitung in der Kirche», à savoir la direction administrative de l’Eglise, sauront bouleverser l’une ou l’autre paroisse. Pour cette raison, le Comité a participé à la commission spécialisée pour la formation CAS lancée conjointement par la Haute école spécialisée de la Suisse nord-occidentale FHNW et l’association professionnelle Verein der Verwaltungsleute ZH, soutenue par l’Eglise réformée zurichoise et la nouvelle grande paroisse de Zurich. Le module sur la théologie et l’Eglise avait besoin de notre collaboration: il est en concurrence avec la gestion du personnel, les finances, l’immobilier et la communication.
Merci à Werner Näf, qui a donné l’impulsion de ce séminaire et qui a participé activement à rassembler les différentes instances impliquées. Souhaitons qu’il y ait des suites à cette journée!

Echos de la rencontre à Bâle avec les collègues allemands
L’organisation de la conférence tenue avec la Société Pastorale de Baden, début novembre à Bâle, sur le thème «L’homme à sa fin – à la fin, l’homme» a mobilisé une bonne partie des ressources.
Des exposés intéressants et un programme-cadre attrayant ont contribué au succès de cet événement. Une expérience intéressante a été la découverte de la manière dont nos collègues allemands sont honorés pour leur jubilé de consécration: invitation à la session avec conjoint, appel sur scène pour les 10, 25, 50 ou 60 ans de consécration. Même les veuves sont invitées pour le jubilé de leur mari, nous avons partagé avec elles des moments très émouvants!
Dans l’ensemble, les échanges avec les collègues badois ont été riches et intéressants et l’envie est là de poursuivre des liens entre nos pastorales. Encore un immense merci à la Société Pastorale de Baden et à Verena Salvisberg pour la très bonne organisation.

Contacts avec les sections
L’année 2018 a donné des occasions de contacts surtout du côté romand. Nous espérons ainsi pouvoir accueillir un-e représentant-e fribourgeois-e à l’AD pour cette année. La sollicitation de Thomas Widmer, coprésident de la section lucernoise (Pfarrkapitel) de prendre position quant à leur nouvelle loi du personnel a permis de renforcer les liens et nous nous sommes rendus au Weinbergli, paroisse de la ville de Lucerne, pour tenir notre séance de Comité de juin.
Le pouvoir au sein de la paroisse était aussi d’actualité dans le conflit concernant l’élection des pasteurs de Lucerne par la population. Le Comité a pris position de manière claire et argumentée. Considérer les pasteurs comme des employés du pouvoir exécutif est susceptible de mettre à mal la liberté de proclamation réformée et a une incidence majeure sur les rapports.
Le constat de Verena Sollberger que la SPS reste le parent pauvre se vérifie pour d’autres sections. Notre souci se tourne vers une écoute plus attentive pour nos membres dans un paysage ecclésial suisse en pleine mutation, d’abord pour comprendre ce qui arrive aux uns et aux autres, puis pour trouver une manière d’être les uns avec les autres et ainsi nous enrichir mutuellement.
Nous avons accueilli avec joie la décision de la section Berne de nommer Andreas Zingg comme personne de liaison. Sa question si la SPS entretient un think tank théologie a stimulé notre intérêt de trouver des voies pour fédérer aussi la réflexion théologique au niveau suisse.

Inter Pares
Merci à Jean-Eric Bertholet qui assure la rédaction et la recherche de rédacteurs! Voici les thèmes abordés cette année: «Eglise, droit et religion: l’église et le droit, la reconnaissance officielle de communautés religieuses» (1/2018); «Le rapport annuel 2017 et le contact avec Neuchâtel» (2/2018); «Les échos de Neuchâtel, Genève et Zurich» (3/2018) assortis de la remarque que nous voulons renforcer les échanges entre les sections et les informations les concernant; finalement un «Compte-rendu du congrès sur les conflits de pouvoir du 7 septembre» (4/2018).

Internet
En plus du site Internet pfarrverein.ch, le portefeuille numérique de la SPS compte également les sites nekrologe.ch, lectionnaire.ch, ausbildungspfarrerinnen.ch et wechselwillig.ch. Au cours de l’année sous revue, ces sites ont uniquement fait l’objet de travaux de maintenance: par manque de capacités, aucun nouveau développement ou remaniement n’a été entrepris. La restructuration du statut de membre de la section zurichoise a nécessité quelques ajustements de fond. Et le nouveau lancement de la carte ministérielle a exigé de reprogrammer le logiciel dédié.

Réflexions sur la liturgie
Le Comité de la SPS a participé à une commission de la Conférence liturgique qui a considéré diverses possibilités pour un nouveau lectionnaire national (péricopes). Jusqu’à nouvel ordre, le site Internet perikopen.ch continuera d’être en ligne, sa gestion sera assurée par le Comité.

Liens avec d’autres associations
Les «relations extérieures» comptent aussi. Un représentant du Comité a participé à la conférence de l’association des aumôneries dans les hôpitaux.
De son côté, Hansjakob Schibler était présent à l’assemblée des délégués de l’association faîtière des diacres au mois de juin. Il semble que la nouvelle orientation de Diaconie Suisse – dans laquelle la Fédération des Eglises protestantes a joué un rôle prépondérant, donnant ainsi à Diaconie Suisse une structure efficace – ait tendance à couper l’herbe sous les pieds de l’association faîtière Dachverband Sozialdiakonie, plutôt organisée de façon syndicale. Nombreux sont les diacres et les sections qui ont démissionné.

Services consacrés au sein de la future EERS
La Fédération des Eglises protestantes devient l’Eglise évangélique réformée de Suisse (EERS). Où les services consacrés trouveront-ils leur place dans cette arène ecclésiale? Avec les nouvelles structures, le nouveau mode n’est pas clair. Différents modèles et procédés seront discutés en 2019, au sein du Comité mais aussi avec l’EERS en devenir.

Vie du Comité
Le Comité a vécu sa première année sans poste de secrétaire et s’est réorganisé à l’interne pour reprendre les tâches de secrétariat. Ce changement a une influence positive sur nos comptes.
Werner Näf avait annoncé son départ du Comité pour mai 2019 depuis plus d’une année afin de nous permettre de trouver un successeur. Nous n’avons pas encore trouvé qui rejoindra le Comité après son départ. Nous serions très reconnaissants aux sections de nous faire des
propositions.
Les séances de Comité sont toujours denses et intéressantes. En plus des sujets courants qui arrivent au fur et à mesure, nous essayons d’avoir régulièrement des réflexions théologiques. La théologie des ministères, la déontologie et l’ecclésiologie sont au cœur de nos réflexions.
Nous nous réjouissons de partager des réflexions de fond avec les délégués lors de l’assemblée du 13 mai 2019, que nous avons prévu de tenir sur la journée entière, afin d’avoir plus de temps pour nous parler.
Autor: Mark Haltmeier     Bereitgestellt: 14.06.2019    
 
aktualisiert mit kirchenweb.ch