Au fil des saisons et des cantons

IP-2-2018-Sibylle-Peter<div class='url' style='display:none;'>/</div><div class='dom' style='display:none;'>pfarrverein.ch/</div><div class='aid' style='display:none;'>77</div><div class='bid' style='display:none;'>2852</div><div class='usr' style='display:none;'>380</div>

Société Pastorale Suisse Rapport annuel 2017
Sibylle Peter
L’Assemblée des délégués du 24 avril 2017 a été bien fréquentée. Le comité s’en est réjoui ainsi que de la qualité des discussions de ce jour, en particulier autour de l’article » www.pasteursetdiacres.ch/esprit-et-administration, rédigé par Werner Näf, après que l’étude, décidée en 2016, n’a pas pu avoir lieu, faute de partenaires et de moyens financiers.

L’enjeu de penser théologiquement les changements de structure et d’organisation de nos Eglises apparaît comme important dans plusieurs cantons. Dans le contexte de restructurations ecclésiales importantes et de sécularisation, Blaise Menu (GE) a été écouté avec intérêt lorsqu’il nous disait: «Le vent vient de l’Ouest». Plusieurs délégués ont manifesté leur intérêt à ne pas lâcher la thématique et l’idée d’une journée ou séminaire a été lancée.

Le Comité a donc poursuivi ses réflexions et décidé de chercher des partenaires pour l’organisation d’une journée de réflexion ou forum.

D’autre part, Verena Salvisberg, dans le cadre de ses contacts avec l’Europe, est porteuse depuis l’an dernier d’un projet de rencontre sur deux jours avec nos collègues badois (Allemagne).

Verena Salvisberg est membre de ce comité d’organisation avec nos collègues allemands, elle s’est rendue à Karlsruhe environ tous les deux mois pour des séances afin de nous préparer un programme de qualité. Parmi les conférenciers visés figurent notamment une femme journaliste qui a réfléchi au thème «Ma pierre funéraire sur facebook» et Fulbert Steffensky avec pour sujet «Rien ne doit totalement réussir - même pas la mort».

La rencontre aura lieu à Bâle les 4 et 5 novembre 2018. Le thème choisi est: «L’homme à sa fin - à la fin, l’homme».
» www.pasteursetdiacres.ch/inscription-rencontre

Pour sa séance de juin, le Comité s’est rendu à Neuchâtel. Le matin, nous avons été accueillis à l’OPF (Office de la Formation Continue) pour la séance annuelle de rencontre avec des partenaires de la formation continue de toute la Suisse. Les échanges avec les formateurs sont constructifs, depuis l’an dernier nous étions intéressés à avoir un partenariat sur un projet. Ceci va se concrétiser pour le 7 septembre 2018 à Zürich.

Parmi les discussions je vous relaie quelques constats que le Comité a entendu et qui nous alertent: les formateurs romands et alémaniques se préoccupent de voir de plus en plus de collègues arriver en formation au bord de l’épuisement. En outre, ils constatent une difficulté à lâcher la paroisse pendant leur formation.

A Neuchâtel toujours, nous avons rencontré les collègues du Comité de la SPMN, (Société des pasteurs et ministres neuchâtelois). Après un temps d’échange, nos collègues nous ont conviés à la bibliothèque publique universitaire de Neuchâtel (BPUN), pour découvrir, avec présentation du bibliothécaire responsable, une partie des trésors de la bibliothèque des pasteurs. Parmi les documents, il y a notamment un des fameux «placards» de 1534 (affaire des placards) et de nombreuses lettres de réformateurs. Nous en sommes sortis ravis et admiratifs du travail de fourmi accompli par la SPMN pour assurer l’accessibilité et la conservation de cette riche bibliothèque, au moment de la fermeture de la Faculté de théologie. Alors que la séparation entre Eglise et Etat est consommée depuis longtemps à Neuchâtel, nos collègues ont réussi à porter ce sujet avec succès devant le Conseil d’Etat: bravo!

Pour les collègues de toute la Suisse, sachez que des visites sont possibles sur réservation!

Après l’impulsion donnée par l’Assemblée des Délégués, et le constat qu’en divers lieux, les relations entre l’administration et les ministres sont tendues lors de réorganisations, le Comité a poursuivi la réflexion sur les questions de la place de la théologie et des pasteurs dans la direction d’Eglise, et celle de la collaboration avec les autres métiers d’Eglise et les liens avec la formation. Le Comité s’est intéressé de près au nouveau métier d’Eglise «Kirchgemeindeschreiber» et à une nouvelle formation «CAS-Ausbildung für Kirchenverwaltung» qui va être proposée à Zürich.
Werner Näf a réussi à fédérer plusieurs partenaires pour l’organisation d’une journée de travail et réflexion. Ce séminaire sera porté par la SPS, le Zentrum für Kirchenentwicklung de l’Université de Zürich, la formation continue A+W/opf, le Verband Verwaltungpersonen VPK, et par l’Eglise cantonale zurichoise. Un des buts de la journée sera que différents groupes puissent s’écouter les uns les autres et que la base soit impliquée dans la recherche de solutions.

Le séminaire «Macht in der Kirchgemeinde» aura lieu le 7 septembre 2018 à Zürich.

Pour la séance d’automne 2017, le Comité s’est retrouvé in extenso après plusieurs séances avec des forces réduites. Notre discussion théologique du jour s’est basée sur la présentation par Kurt Veraguth (GE) d’un cas de radicalisation d’un jeune musulman issu d’un quartier d’immeubles à Genève. Il nous a semblé que les thématiques d’inclusion dans la société multiculturelle et de prévention de la violence, sont essentiels pour nos Eglises et notre pays. Il est certain que nous aurons des défis de cet ordre à relever dans ces prochaines années.

Verena Salvisberg a continué à soigner les contacts avec les collègues européens, surtout avec l’Allemagne. Elle a participé en septembre au 125e anniversaire de l’Association des pasteur-e-s à Münster (Westfallen). Elle a apprécié les rencontres et participé au programme touristique sous forme d’une visite guidée à la manière d’un roman policier sur les traces de Börne, Thiel et Wilsberg à travers la ville de Münster. En octobre, elle a pris part à la Journée des Pasteurs badois (Badischen Pfarrertag) qui s’est conclue par «A l’année prochaine à Bâle!» (c.f. supra).

Hansjakob Schibler et Kurt Veraguth ont réglé un certain nombre de points concernant nos archives. Il reste encore quelques caisses à trier pour savoir ce qui est important pour les générations futures.

Dans le cadre de nos réflexions sur les modes de fonctionnement du Comité et sur le budget de la SPS, nous avons pris pour 2018, la décision de nous séparer de Sara Ejiro, notre secrétaire. Le Comité lui a donné son congé au 1er janvier 2018. Depuis lors, de manière transitoire, les tâches de Sara Ejiro ont été redistribuées à l’interne du Comité.

La séance de janvier s’est tenue à Berne, nous étions invités au siège de la FEPS et avons rencontré plusieurs collaborateurs, qui nous ont présenté la nouvelle organisation suisse de la diaconie et le projet de révision de la Constitution. Werner Näf et Sibylle Peter assurent depuis plusieurs années les liens avec la FEPS notamment en participant comme invités, deux fois par an, aux assemblées des délégués. Nos liens portent aussi sur des projets précis, comme » www.lectionnaire.ch par exemple.

La section de Lucerne nous a adressé une demande de prise de position face à la modification de la loi ecclésiastique, qui prévoit que les pasteurs soient engagés par l’autorité cantonale et plus par l’assemblée paroissiale. Le Comité constate que l’organisation presbytéro-synodale est remise en question et qu’il en découle une perte d’indépendance des paroisses. Lucerne n’est pas le seul canton concerné.

Au service de la communication entre nos sections, grâce à Jean-Eric Bertholet, rédacteur, Inter Pares vous a offert dans les quatre numéros de l’année dernière quelques aperçus sur la situation changeante du pastorat en Suisse. Corsin Baumann, président de la pastorale zurichoise a résumé le processus de réforme «KirchGemeindePlus» à Zurich ainsi que les dix thèses de la pastorale zurichoise à ce sujet: quelle est la grandeur idéale d’une paroisse et où commence la démesure? «Un des enjeux majeurs est que l’Eglise réformée ne se résume pas à la fonction de fournisseur professionnel de prestations sociales et spirituelles», la réflexion intellectuelle portant sur la Révélation biblique restant un des signes distinctifs de la tradition réformée. Dans «Esprit et administration», Werner Näf résumait les enjeux d’une direction administrative de l’Eglise confrontée à la dimension spirituelle de la communauté, questions publiquement trop peu débattues, et Jean-Eric Bertholet signalait les réflexions bernoises sur la nouvelle place que le pastorat devrait trouver dans l’Eglise cantonale, lorsque l’Eglise cantonale reprendra du canton le rôle d’employeur des pasteurs. Jusqu’à quel point l’Eglise sera-t-elle prête à écouter ses pasteurs? (Inter Pares 1 / 2017). Inter Pares 2 / 2018 se fit l’écho de l’assemblée annuelle, avec le rapport annuel de 2016 et quelques brèves nouvelles des sections cantonales. Le numéro 3 / 2018 était consacré à une présentation des Eglises d’Uri, Unterwald, Schwyz, Lucerne et du Valais (merci aux contributeurs!). Le numéro 4 / 2018 présentait trois beaux projets de dialogue interreligieux auxquels les Eglises cantonales ont apporté d’essentielles contributions: la maison des religions à Berne, la maison du dialogue à l’Arzilier à Lausanne et la très officielle table ronde à Bâle. Tous ces articles peuvent être relus en ligne sous
» www.pasteursetdiacres.ch/interpares ainsi que les dix thèses de la pastorale zurichoise de même que l’article complet de Werner Näf sur «Esprit et administration».

Tout au long de l’année, Arnold Wildi, notre trésorier, assure aussi la tenue du fichier d’adresses. C’est un travail de l’ombre, bien précieux. Depuis la disparition de l’Agenda Pastoral sous forme papier, notre listing d’adresses nous est souvent demandé et la question d’un fichier informatique reste une question pour le Comité. Nous y réfléchissons aussi en collaboration avec la FEPS.

Arnold a également fait de patientes recherches pour améliorer la carte ministérielle, afin d’obtenir une carte format carte de crédit de bonne qualité. C’est l’aspect concret d’une question de fond qui nous préoccupe aussi, celle de la protection de notre métier.

Les liens avec les différentes sections et ce qu’elles vivent restent au cœur des préoccupations du comité. Du côté romand, la pastorale romande fonctionne avec un rythme de rencontres annuel, j’y suis associée en tant que présidente de la SPS. Cette plateforme informelle se révèle un lieu précieux d’échanges, de prises de distance et de soutiens entre ministres.

Du côté alémanique, il n’y a pas de rassemblement équivalent.
Le comité adresse ses félicitations aux collègues zurichois qui nous convient à nous réjouir avec eux lors de leur 250e jubilé!
Il y a une année que Werner Näf annonçait son retrait de notre Comité pour l’AD 2019. Le Comité est à la recherche de forces neuves notamment un ou une jeune collègue maîtrisant bien la communication sur les réseaux et les questions informatiques en général. Nous serions aussi intéressés à enrichir notre site d’articles, et de mieux faire la promotion de la «vitrine» sur laquelle il est possible de présenter des activités qui peuvent intéresser par-dessus les frontières !

Concrètement, le Comité cherche deux nouveaux membres et souhaite si possible que les différentes régions de Suisse soient représentées. Les nouveaux membres seront élus lors de l’AD 2019, mais sont bienvenus, dès que possible!

«Veille, prie et sois fervent, combats sans relâche, animé d’un zèle ardent pour ta sainte tâche. Ne crains rien, Jésus vient t’armer de sa grâce, quand le mal menace.»

Henri Künzler 2001, in «Alléluia» Cantique no 46/04 (p.717).
Autor: Mark Haltmeier     Bereitgestellt: 15.06.2018    
 
aktualisiert mit kirchenweb.ch