BE: Maison des religions – Dialogue des cultures

IP-4-2017-albert-rieger<div class='url' style='display:none;'>/</div><div class='dom' style='display:none;'>pfarrverein.ch/</div><div class='aid' style='display:none;'>77</div><div class='bid' style='display:none;'>2552</div><div class='usr' style='display:none;'>380</div>

La Maison des religions installée dans ses nouveaux locaux de l’Europaplatz à Berne est en fonction depuis trois ans. Huit communautés religieuses y pratiquent le dialogue interreligieux et interculturel au quotidien. Le projet suscite également un grand intérêt dans le public et l’écho rencontré en surprend plus d’un. Les activités et les diverses manifestations proposées ont déjà attiré de très nombreux visiteurs.
Albert Rieger
Le prêtre hindou ne cachait pas son bonheur, le jour de l’inauguration: «Cette maison est un cadeau du ciel!» On peut le dire ainsi, mais rappelons aussi qu’elle n’est pas tombée du ciel. Presque vingt ans de labeur ont été nécessaires à ses initiateurs pour transformer une vision en réalité. Durant ce temps, en différents lieux provisoires de la ville de Berne, les communautés religieuses ont expérimenté le vivre ensemble et la culture du dialogue. Un vaste réseau de bénévoles s’est également constitué, véritable fondement du succès de la Maison des religions. C’est en effet grâce à un projet développé depuis la base, à partir d’expériences communes et d’amitiés personnelles que le feu sacré s’est propagé aux personnes et aux institutions qui ont permis sa concrétisation: architectes, maîtres d’œuvre, mécènes et donateurs, autorités politiques et associations citoyennes.

Convivence et différence
Le but premier de la Maison des religions est d’être un lieu d’accueil. Cela doit ressortir du «vivre ensemble» des religions entre elles, mais aussi de leur ouverture sur la société, envers les personnes intéressées, celles qui doutent, celles qui cherchent. Cette ouverture peut se traduire par des expériences concrètes et s’adresser aux sens: cuisiner ensemble, partager des repas, célébrer des fêtes, réunir les familles et les enfants. Mais elle ne saurait en rester au stade de rencontres «sympa». Dans les situations de tensions politiques et religieuses en particulier, l’accueil de l’autre – et surtout de celui dont nous ne partageons pas les opinions – demande du courage, voire une prise de risque. La convivence, l’ouverture à l’autre n’efface pas les différences. Au contraire, le vrai accueil est celui qui est prêt à accepter l’autre dans sa singularité.

Centre de compétences interreligieuses
De nos jours, les responsables politiques ou économiques, les journalistes, les autorités administratives et les enseignants n’ont pour la plupart plus les compétences nécessaires pour faire face aux questions religieuses. La Maison des religions peut leur venir en aide. Des visites ont lieu régulièrement et de nombreux ateliers proposent une approche approfondie des thématiques religieuses telles qu’elles surgissent dans différents contextes professionnels. Les offres destinées aux enseignants et aux formateurs, ou encore au personnel hospitalier rencontrent un très vif intérêt.

Médiation, promotion de la paix et gestion des conflits
Il y a quelques années, l’association pour la Maison des religions a lancé un projet dans le domaine de la médiation. En collaboration avec la Haute école de travail social, une formation en deux ans est proposée à des membres des communautés religieuses - en particulier des jeunes - pour les préparer à la médiation et à la gestion des conflits dans le monde du travail, dans les quartiers et dans les écoles. Le cours, qui a déjà été relancé à plusieurs reprises, contribue à développer les capacités de communication interculturelle et d’apprentissage interreligieux. L’expérience montre que la médiation est un outil de première importance dans le contexte scolaire notamment, lorsqu’il s’agit de régler des sujets sensibles (leçons de sport, éducation sexuelle, camps, etc.).

Théologie et spiritualité
Les expériences et les activités mentionnées s’inscrivent pour la plupart dans le «dialogue de la vie», qui fait le quotidien du vivre ensemble entre religions. Le cœur du dialogue bat toutefois là où les religions confrontent leurs racines théologiques et spirituelles. Les religions sont des joyaux de la mémoire et de la sagesse de l’humanité. Elles renferment des histoires et des images dont l’incessant rappel est essentiel pour la vie de chaque individu et pour la société dans son ensemble.
Il s’agit donc de travailler concrètement sur les sources et les textes de la propre religion et – c’est l’enjeu proposé par la Maison des religions – sur les sources et les textes des autres religions. Quels sont les points communs ou les points de rencontre, quelles sont les différences, sources de conflits potentiels? Comment mettre en avant et renforcer les facteurs d’unité et de paix intrinsèques des religions, sans nier les potentiels de violence également présents? Ces questions sont au centre des rencontres et débats qui se tiennent actuellement à la Maison des religions. S’y ajoute depuis peu une forme de dialogue nouvelle, capable d’éveiller passion et tensions, découlant du dialogue interreligieux: le dialogue intrareligieux – l’interrogation des différentes communautés religieuses sur elles-mêmes, les amenant à examiner dans un esprit d’ouverture critique et constructive leurs propres différends et contradictions.
Autor: Mark Haltmeier     Bereitgestellt: 24.11.2017    
 
aktualisiert mit kirchenweb.ch