Ähnliche Berichte

Echos de quelques sections

IP-2-2022-Jean-Eric-Bertholet (Foto: Mark Haltmeier)

L’assemblée des délégués de la SPS nous donne l’occasion de nous découvrir les uns les autres. Nous y entendons des échos des différentes Eglises cantonales, profitant ainsi d’une certaine vue d’ensemble ce que notre membre démissionnaire Kurt Veraguth (GE) a beaucoup apprécié après neuf ans passés au comité de la SPS.
Jean-Eric Bertholet
Se référant à notre rapport annuel, Karin Phildius (NE) demandait «à quel point la SPS pourrait-elle défendre ses membres vis-à-vis de conflits portés dans l’espace public, conflits ruineux pour la réputation de l’Eglise et qui développent aussi une dynamique propre dans le public (déontologie, protection juridique?)». C’est une question qui nous a beaucoup occupés et qui devrait être reprise plus profondément. Cependant, les ressources du comité sont très restreintes. Un échange entre les sections serait profitable car les différentes Eglises cantonales ont des offres d’aide très diverses. A Neuchâtel l’«Association des employés» défend les intérêts professionnels des employés alors que la SPMN (Société des Pasteurs et Ministres Neuchâtelois) intensifie avant tout l’échange théologique.
Dans le canton de Berne, le point conseil de la société pastorale offre des services très appréciés. Il est porté en commun par l’Eglise cantonale et la société pastorale. Il est vrai qu’il est à la recherche maintenant d’un conseiller francophone. La société pastorale, en partie avec l’Eglise cantonale, stimule la discussion entre autres ecclésiologique. Par son biais, la plupart des pasteur(e)s sont aussi membres de l’Association du Personnel de l’Etat de Berne (un syndicat).
La société pastorale de Thurgovie s’est réjouie de l’attitude bienveillante d’une conseillère synodale qui avait demandé comment se portaient les pasteur(e)s et ce dont ils/elles pourraient avoir besoin. Ici aussi, on s’est interrogé sur l’importance et la signification du ministère pastoral (conférences de Peter Opitz et Wilfried Bührer). Le comité s’est soucié du comportement abusif d’un père de catéchumène à l’égard de la personne enseignante. Car les pasteur(e)s aussi peuvent être victimes d’abus…
Sous quelle forme nous rencontrer? Le canton de St-Gall n’a pas de société pastorale à proprement parler, mais trois chapitres (collèges) pastoraux (de St-Gall, de la vallée du Rhin et du Toggenbourg) qui servent à réunir le corps pastoral et à en soigner la communauté. Une tension similaire se retrouve à Zurich entre les chapitres pastoraux et la société pastorale où celle-ci cependant devrait obtenir cet été un nouveau comité qui en modifiera quelque peu la direction.
L’Argovie a fêté le 30 avril de cette année les 200+1 années du chapitre pastoral argovien. Matthijs van Zwieten, président de la pastorale argovienne, quitte maintenant la Suisse pour l’Allemagne du Nord et sera remplacé par Christine Stuber, pasteure et docteure en théologie.
Dans le canton de Vaud un groupe de jeunes ministres (pasteur(e)s et diacres) s’est rassemblé afin de partager et déposer questionnements, frustrations, colères, peines, souffrances… et d’élaborer des pistes d’action. Les membres de ce groupe se soutiennent mutuellement par une plateforme sur Discord et son comité se base sur une gouvernance partagée. Intitulé «BanJo», ce groupe cherche à assumer la face plus compliquée et pesante des ministères (salariés et bénévoles) en Eglise et souhaite mettre en place des lieux d’écoute et de partage afin de lutter contre le sentiment de solitude, d’abandon, et d’activer la solidarité et le soutien entre pairs (deuil, pleurer). Dans un deuxième temps, le groupe développe l’envie de sortir des sentiers battus et d’explorer de nouvelles façons de faire équipe ou Eglise, avec créativité et inventivité (rêver). Enfin, il souhaite passer à l’acte de manière efficace et pertinente (agir). Une initiative que le comité de la pastorale vaudoise a saluée.
La pastorale lucernoise s’est réjouie du rôle important que joue la nouvelle présidente du conseil synodal Lilian Bachmann. Sensible aux thèmes des femmes pasteures Lilian Bachmann invite celles-ci régulièrement à des rencontres entre pasteures. Elle veut aussi s’engager plus fortement à l’EERS. Cependant, à Lucerne aussi, la diminution des ressources se fait également sentir. Les postes pastoraux sont souvent réduits lors de leur repourvue. Et quelques-uns d’entre eux n’ont pas pu être repourvus ces derniers temps (par exemple la paroisse de Wolhusen ou l’aumônerie d’hôpital de Sursee-Wolhusen).
Dans le canton de Zoug, une spécialiste de la communication a revu le concept de communication de l’Eglise cantonale. Selon elle (une experte venant tout droit du géant de la chimie bâloise Roche), c’est surtout la communication interne au niveau horizontal qu’il convient de développer, car l’Eglise communique beaucoup trop de haut en bas… Par ailleurs, les Eglises zougoises se sont beaucoup réjouies que le parlement cantonal ait refusé par 50 voix contre 21 de soutenir une motion exigeant l’abolition des impôts ecclésiastiques pour les personnes juridiques. Un soulagement qui risque cependant de ne pas être éternel…
L’organisation suisse allemande des diacres (Dachverband Sozialdiakonie) nous a par ailleurs adressé de cordiales salutations par l’entremise de son co-président Raphael Bachmann, et Werner Habegger de la Fondation de Solidarité des Pasteur-e-s a souligné l’importance de cette institution qui a permis l’an dernier de distribuer quelque 170’000 francs à 33 pasteur(e)s (entre autres 22 à Neuchâtel et 7 à Genève) afin d’atténuer la grande inégalité intercantonale des salaires. Un grand merci à toutes les donneuses et donneurs!

Après le départ de notre comité de Kurt Veraguth, nous nous réjouirions de ce que quelques nouvelles sections y soient représentées. Un candidat et une candidate de Genève et du canton de Vaud ont déjà signalé leur intérêt. Tant le poste de caissier que celui de la présidence devraient être repourvus prochainement, car notre vice-président, Hansjakob Schibler, si engagé soit-il, estime avec raison que ce poste doit être assumé par un(e) ministre en exercice alors que Hansjakob est maintenant à la retraite. Ceci est d’ailleurs aussi le cas de notre caissier Arnold Wildi engagé depuis plus de vingt ans, qui vient lui aussi d’arriver à sa retraite.
Bereitgestellt: 17.06.2022    
 
aktualisiert mit kirchenweb.ch